Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 15:25

La revue trimestrielle belge Privilèges présente dans son premier numéro de l'année 2011, le premier roman de Pascale Lora Schyns, Les Survivants de Sallimoc, paru aux éditions l'Harmattan.

 

L'article de Christiane Goor dévoile quelques-uns des secrets du livre, notamment en ce qui concerne l'endroit qui a inspiré à l'auteure l'écriture des aventures de Fanny Poinsettia.

 

Lire l'article dans son intégralité, ci-dessous,  

 

 

 

Les Survivants de Sallimoc dans Privilèges-1

Les Survivants de Sallimoc dans Privilèges-2 

 

 Les Survivants de Sallimoc dans Privilèges-3

Partager cet article

Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 14:12

 

Les Survivants de Sallimoc []

Reflets d'Ombres, le webzine de littérature gothique et fantastique dirigé par Hugues Perrin, a élu Les Survivants de Sallimoc  coup de coeur de ce début d'année 2011.

 

Vous pouvez lire la chronique dans son intégralité en cliquant ici.

 

 

Pascale Lora Schyns, les Survivants de Sallimoc.

Le coup de cœur de Reflets d’Ombres !

"Il nous a bien fallu plusieurs mois pour décortiquer et savourer à leurs justes valeurs les arcanes recélés à l’intérieur du fameux dernier ouvrage de Pascale Lora Schyns. Les Survivants de Sallimoc font partie de ces rares livres qui lorsque la dernière page se rabat sous vos yeux, vous donnent envie de voyager vous aussi à proximité des terres de l’ombre, histoire d’évaluer votre résistance émotionnelle face à l’inconnu ! Un univers glaçant et pénétrant, qui tout comme la brume éparpillée au dessus d’un navire échoué, vous immobiliserait dans la folie.

Une urne funéraire logée dans les entrailles d’un poisson chat, un idiot du village vous proposant du tabac bleu, des moutons qui subitement vous adressent la parole…voici des exemples d’ éléments invraisemblables et néanmoins redoutablement bien pensés qui composent l’œuvre de notre intrigante auteure belge.

Tout commence par le portrait très attachant d’une jeune femme nommée Fanny Poinsetta, qui hantée par des cauchemars récurrents, débarque un jour par le ferry, dans un typique village de pêcheurs nommé Sallimoc…

Amorcée par les écrits de son père, évoquant la présence de peintures rupestres dissimulées dans l’une des grottes des collines de Talarami, l’enquête de notre héroïne nous fera très vite basculer dans une atmosphère particulièrement oppressante.

Les passionnés des légendes corsaires et des expéditions marines, auront peut être un jour l’occasion de côtoyer aux abords d’une mer agitée, une silhouette égarée semblable à celle de Pablo Albas hantant les pages du recueil de notre très chère P.Lora Schyns, étrangement dédicacé à « son tortionnaire ».

Quand à moi, me promenant parfois aux abords des falaises bretonnes, parsemés d’étranges menhirs, il m’arrive de repenser à cette bien triste épitaphe,

« A ma fille morte, un jour de pluie
Que ton âme trouve ici
Un endroit où reposer en paix,
Ton corps ayant à tout jamais disparu
Dévoré par une meute de loups affamés…. »
Constituant l’une des clés de voûte du roman rouge chroniqué aujourd’hui dans les pages de reflets d’ombres."

 

Hugues Perrin

 

http://www.ombrereflets.com/

 

 

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 02:31

Pascale Lora Schyns et Jacques Goyens

 

Le 3 novembre dernier, Pascale Lora Schyns était présente à l'Espace Wallonie de Bruxelles dans le cadre de la soirée des lettres  organisée tous les mois par l'A.R.E.A.W (Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie), présidée par Joseph Bodson.

 

Le premier roman de l'écrivaine, Les Survivants de Sallimoc, paru aux éditions L'Harmattan, a été présenté par Jacques Goyens, lequel a également publié un article consacré à cet ouvrage dans le dernier numéro  de la revue Reflets, trimestriel officiel de l'A.R.E.A.W.  Nous vous invitons à en découvrir le texte ci-dessous.

 

 

 

Pascale Lora Schyns, Les Survivants de Sallimoc, L’Harmattan

 

Les Survivants de Sallimoc est un livre étrange qui surfe entre réalité et surréalité, rêve, fantastique, merveilleux. L’héroïne, au nom fleuri de Fanny Poinsettia, est en recherche. De qui ? De quoi ? Le mystère de la grotte de Talarami, le secret de la naissance de Rafael Castor, les fantômes du Palais ?

Au fil des chapitres, nous assistons à une enquête menée par l’héroïne auprès des habitants de Sallimoc : Rebecca, la réceptionniste du Logis de Saint Jérôme, Madame Rachel, un chat qui parle, l’idiot du village, le serveur qui buvait du sang de cheval. Au travers de cette curieuse galerie de personnages, le lecteur est progressivement initié aux mystères d’un monde paranormal où le Bien et le Mal se côtoient.

La progression est lente, parfois trop lente, mais la persévérance du lecteur est récompensée lorsque, dans les quarante dernières pages, Fanny Poinsettia rencontre Pablo Albas qui se révèle être le véritable but – inconscient – du voyage de l’héroïne. Le meilleur du roman se situe là, dans les derniers chapitres, habités par un souffle.

Bâti tout entier autour de la personne de Fanny, le roman offre une succession de tableaux figurant les multiples rencontres de l’héroïne, jusqu’à celle de Pablo Albas qui lui entrouvre la porte d’un autre monde, d’une autre vie. Les descriptions très minutieuses et l’accumulation de détails alourdissent parfois le récit. En revanche, à la fin du roman, le rythme devient haletant.

Rappelons que Pascale Lora Schyns est entrée en littérature avec Lettres à Jean Cocteau, une correspondance imaginaire avec cet auteur, qui fournit peut-être la clé de son inspiration.

 

Jacques Goyens

 

Pascale Lora Schyns Jacques Goyens et Joseph Bodson

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 13:36

Présentation des Survivants de SallimocArticle d’Emile Kesteman paru dans Nos Lettres (Octobre 2010). Nos Lettres est le mensuel de l’Association des Ecrivains Belges de Langue Française :

« Nous sommes en plein dans l’imaginaire qui n’est pas dépourvu de liens étroits avec le réel.

Une jeune personne (Fanny Poinsettia) est poussée de façon irrésistible par le désir de visiter un site rupestre et historique (Talarami). Cela se mue en problème existentiel. Dans quelle mesure l’imaginaire correspond au réel et vice-versa, dans quelle mesure il s’en éloigne ?

Le paysage est étrange. Les gens également. On est sans cesse sur le point de rencontrer des fantômes dont on ne sait pas toujours s’ils sont bénéfiques. On en conclut que des forces obscures nous accompagnent et influencent notre parcours terrestre. Il faut sans cesse se positionner sur la défensive car le danger nous guette. La lecture est facilitée par les qualités de la langue bien qu’aux trois-quarts du roman le lecteur a plus ou moins l’impression de certaines longueurs.

Il fallait avoir du souffle pour écrire cette œuvre où tout lecteur pressentira les mystères de l’existence. On vit entre hallucination et réalité. L’être humain s’interroge continuellement sur le sérieux de l’existence. Est-ce une fable qui renvoie à autre chose ? Cela est suggéré de façon habile et le mystère continue à planer. L’auteur rêvait depuis de nombreuses années de régions lointaines et mystérieuses où se développaient des civilisations très différentes de la sienne qui, en réalité, est déjà multiple.

Originaire de la région liégeoise, écrivain de langue française, elle est diplômée en philologie germanique de l’Alma Mater de la ville de Liège. En outre elle réside en Espagne et fréquente en permanence les milieux internationaux du cyclisme. Dans ce domaine n’est-elle pas journaliste depuis des années et de grande réputation.

Elle a fréquenté La Fleur en papier  doré à Bruxelles où sont passés des poètes et des artistes soucieux de rencontrer et curieux de ce qui est autre.

L’attention du lecteur est sur le qui-vive jusqu’à la dernière page.

Et le mystère demeure."

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 14:26

PLS

Article de Françoise Lison-Leroy paru le 13 novembre dans le quotidien Vers l'Avenir - Le Courrier de l'Escaut

 

 

La journaliste parle six langues : Pascale Lora Schyns est aussi traductrice pour A.S.O.

et attachée de presse de Sanchez, Gutiérrez et Valverde, elle vit chaque «Grande Boucle» comme une aventure passionnante.

Si elle s'est établie en Espagne, elle est d'origine liégeoise.

De la compétition cycliste au journalisme en passant par une expérience de commissaire UCI (on la vit officier au Franco-Belge, notamment), son itinéraire passe par la littérature germanique et les études théâtrales.

L'écriture la mobilise également : Pascale Lora Schyns sera à Tournai la Page, samedi et dimanche, de 10 h à 19 h, à la Halle aux Draps.

Auteure de quelques recueils de poésie, elle présente aujourd'hui son premier roman, «Les Survivants de Sallimoc», un livre publié aux éditions de L'Harmattan. D'emblée, le lecteur est plongé dans l'échappée belle de Fanny, en route vers un village qui semble être le lieu d'un rendez-vous avec l'enfance. Un étrange personnage l'y accueille, avant son arrivée à l'hôtel où une légende lui est contée. Pourquoi la jeune femme a-t-elle décidé d'explorer le curieux microcosme qui s'offre à elle ?

D'une conversation inquiétante à de rutilants silences, la voilà sur des pistes qu'elle n'attendait pas. Elle enquête, se glisse et se démène dans une saga qui tutoie le fantastique et le danger. Loin, très loin des épreuves cyclistes emplies de mystère ? Pas si sûr...

«Les Survivants de Sallimoc», éd. L'Harmattan, 2010

 Retrouvez cet article également en cliquant sur ce lien

 

Les Survivants de Sallimoc []
 

Article de Françoise Lison-Leroy paru le 16 novembre dans le quotidien Vers l'Avenir - Le Courrier de l'Escaut

 

 

 

Des lauréats, jardiniers des mots

Les Amis de Tournai et leurs complices ont récompensé des auteurs d'ici et d'ailleurs. Les Écrivains publics de Wallonie picarde ont en effet organisé deux concours d'écriture spontanée durant le salon.

En poésie sur l'arbre, les textes de Corinne Poncin et de Pascale Lora Schyns ont été primés. En prose, les créations de Laurent Dumortier, Ludivine Joyaux, Pascale Lora Schyns, Annick Mangain et Jeanne-Marie Vanderwinkel ont répondu avec bonheur à la proposition «Dans mon pays...». De son côté, le jury du Prix de la Nouvelle historique, composé de Colette Cambier, Odon Boucq, Jean-Pierre Delhaye, Daniel Duchateau, Jacques Malice, Annick Veys et Michel Westrade, a révélé trois noms. Parmi une bonne vingtaine d'envois venus du Québec, de France et de Belgique, les récits suivants (1er au 3e prix) ont été choisis : «La fête étrange» de Patricia Chauvin-Glonneau (Montmagny, F.), «Le lien» d'Anny Beauprez (Comines), et «Le jour où le ciel brûlait», de Béatrice Bouret-Spreux (Ere).

  

Retrouvez cet article également en cliquant sur ce lien

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 22:18

Dauphiné Libéré 4 octobre 2010

 

Article paru dans l'édition du quotidien Le Dauphiné Libéré du 4 octobre 2010

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 22:48

Vers l'Avenir

 

 

 

Article paru dans l'édition du 21 août 2010 du quotidien national belge Vers l'Avenir.

 

 

Cet article est également disponible dans l'édition en ligne du journal. Il est possible de le consulter ici

 

 

 

 

 

 

 ≈≈≈≈≈≈≈

 

 

Le Carnet et les Instants

 

Article paru dans le numéro de septembre de la revue Le Carnet et les Instants.

 

Le Carnet et les Instants est un magazine bimestriel qui rend compte de l'activité des auteurs de la Communauté française de Belgique.

 

Il annonce les rencontres, lectures, débats, colloques, expositions... et recense toutes les parutions et rééditions des écrivains belges de langue française.

 

Suivre également ce lien, dans le cadre de la Promotion des Lettres belges.

 

 

 

 ≈≈≈≈≈≈≈

 

 Le bibliothécaire 1

 

 

 

 

Article paru dans Le Bibliothécaire, bulletin trimestriel de l'Association des Bibliothécaires Belges d'expression française. 

 

 

LES SURVIVANTS DE SALLIMOC /

Pascale Lora SCHYNS.-

Paris : L’Harmattan, 2010.- 308 p. ; 22 cm.- Coll. Écritures.- Isbn : 978-2-296-11886-7.- 28.50 €.-

L’auteur :

Belge d’origine liégeoise, Pascale Lora Schyns vit actuellement en Espagne où elle trouve sa source d’inspiration au bord de l’océan atlantique. Aventurière qui a traversé le monde en long et en

large toujours poussée par des motivations aussi nombreuses que diverses, elle exerce aujourd’hui la double profession de journaliste et traductrice, ce qui lui permet de continuer à vivre ses passions et découvrir les coins les plus reculés du monde. Après une formation en philologie germanique à l’université de Liège, elle se dirigea vers des études théâtrales (Actor’s Studio à Rome et Cours Florent à Paris) où

elle étudia plus spécialement la mise en scène. Dans la capitale française elle se lia d’amitié avec Jean Marais. De cette rencontre naquit un livre de correspondance Lettres à jean Cocteau. Auteure de plusieurs

recueils de poésies et de nouvelles, Les Survivants de Sallimoc est son premier roman, et le premier volume d’une trilogie.

 

 

Le livre :

Entourée des légendes de la région qu’elle habite aujourd’hui, « l’Irlande en Espagne », Pascale Lora Schyns s’est mise à croire que les fées et les sorcières existent vraiment. Il lui est même arrivé à l’aube lorsque la brume s’élève tel un nuage aspiré par le ciel au dessus des falaises de voir quelques petits lutins, découverts, prendre la fuite et plonger dans l’océan. Elle a vu leurs petits corps se fracasser

en bas contre les rochers. Ou peut-être s’agissait-il de leurs ombres ?

Sallimoc existe et ses curieux habitants aussi même si parfois l’imagination de l’écrivain prendun peu le dessus, juste un peu. Comment être sûr de quoi que ce soit dans cet univers étrange où FannJ , l’héroïne bien décidée à percer le mystère des grottes de Talarami se retrouve au sortir d’unejeunesse dorée confrontée à tout ce que la vie recèle de contrastes. Le monde que découvre la jeune

femme est troublant. Il est même effrayant lorsque l’on sait que toute légende est basée sur une histoire vraie.

Au cours de son enquête, Fanny se rendra vite compte que les choses sont rarement ce qu’elles ont l’air d’être et qu’il ne faut jamais se fier aux apparences. Elle apprendra que toutes les vérités ne sontpas nécessairement bonnes à dire et que la limite entre le bien et le mal n’est pas toujours facile à discerner;que toutes les questions ne trouvent pas nécessairement une réponse, en tout cas pas celle que l’on

attendait, et que si parfois notre imagination nous joue des tours, on est bien loin souvent de savoir ce quise trame dans notre dos.

 

LE BIBLIOTHÉCAIRE 3 / 2010 page 45

Le récit est mené à un rythme rapide, presque sans aucune respiration. Passé, présent et futur ne forment qu’un jusqu’au dénouement final qui est celui qu’on attendait le moins. Dans un monde où rien ne semble être comme ailleurs, où le symbolisme et l’histoire avec un grand H ne sont jamais très loin et se confondent parfois, Fanny Poinsettia s’unira-t-elle de la plus étrange des façons à Pablo Albas

qui est peut-être un ange qui est peut-être le diable ? Quoi de plus normal dans un livre sans cesse à la limite entre le réel et le fantastique; où l’horreur côtoie le merveilleux, où le rêve est cauchemar et le cauchemar rêve ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 06:50

Emission "Entre-Parenthèses" par Alain Carton (24 Août 2010)

Logo Entre ParenthesesIl était une fois un studio de radio...

 

Nous sommes mardi, 19 heures, deux minutes et douze secondes.


Se termine un bulletin d'informations auxquelles je n'ai guère prêté attention. Soul Sacrifice, Carlos Santana caresse sa guitare comme d'autres caresseraient la peau d'un conjoint, d'une paume amoureuse, respectueuse. Des mains qui caressent du revers, confondent patience et tendresse... Madame Guitare gémit, geint, râle puis s'essouffle doucement.

 

Il va falloir parler, les auditeurs sont à l'écoute pour écouter l'animateur et aussi découvrir l'invité et entendre également l'invité se découvrir petit à petit.


Aujourd'hui, l'invité est une invitée. En l'occurrence, Pascale Lora Schyns.


Un jour, une attachée de presse de la Maison d'Editions "L'Harmattan" avec laquelle j'étais en conversation téléphonique pour parler de sorties littéraires prochaines me dit :


Elle - Côté nouveautés, nous avons Pascale Lora Schyns pour un premier roman, veux-tu que je t'envoie son livre ?


Moi - Pascale Lora Schyns, celle des "Lettres à Cocteau", du "Gospel Blanc", de "L'Amer qui tue" ?


Elle - Euuuu, oui, oui, c'est bien d'Elle dont il s’agit.


Je connaissais "Les poésies, récits poétiques" de cette Auteure, mais pas tous. Honte à moi, je suis un peu fainéant, je le confesse.
Quelques jours plus tard, je reçus cet ouvrage des mains de ma Chère Colette, la Factrice qui dessert mon village. Le soir même, j'en débutai la lecture.


Comme de coutume, je m'installai au bureau, pièce qui me sert à préparer mes émissions et qui abrite également un grand nombre de livres, de cd et de vinyls d'artistes connus ou non, mais que j'aime à l'infini.


L'histoire de Fanny Poinsettia, je ne vous la raconterai pas dans ces lignes. Je vous invite plutôt à vous procurer cet ouvrage et à le découvrir comme l'on découvre un cadeau tombé du ciel...
Je voudrai simplement vous dire...


Chaque année en France, plusieurs milliers de bouquins sont édités pour vanter tel ou tel people, colifichet, régime miracles ou escroquerie de trader. Le genre de littérature à lire d'un derrière distrait, au dessus de la cuvette des toilettes.
Parmi les sorties, il y a une soixantaine de très bons ouvrages. Puis il y a quelques œuvres telles que celles d'artisans-artistes dont leur plume vous offre du rêve à la verve si éloquente qu'elle vous transporte vous émeut, vous fait réfléchir et vous fait douter de Vous et de vos certitudes...


Cette œuvre, "Rue de l'incertitude", je l'ai rencontrée. J'y ai croisé Orphée partant pour les Enfers. Kafka en pleine métamorphose. Maupassant embrigadé par quelques Horlas. Jean de la Bruyère qui façonnait des caractères. Jean de la Fontaine qui peaufinait ses personnages-animaux ou ces animaux-si-pareils-aux-hommes-qu'on-croirait-un-miroir-de-la-société...


Les Survivants de Sallimoc m'ont emmené dans une nuit blanche durant laquelle pour moi, le temps s'est arrêté.


J'ai escaladé durant ma nuit de lecture, une à une, les soixante six marches (toutes de hauteurs différentes) que constituent chacun des chapitres de cette œuvre. A la pique du jour, je n'étais pas fatigué mais tout simplement... ébloui.


Ce soir, je retourne "Rue de l'Incertitude", la gorge nouée comme pour un premier rendez-vous...


Merci Pascale Lora, tu m'as offert l'un des plus beaux rendez-vous avec "Les Lettres" mais aussi avec une Grande Dame, une Grande Artiste.


Faut-il le réitérer aux artistes ? Il échoit des mondes à inventer...


Alain Carton


http://www.rdbfm.com/317-emission-entre-parenth-ses-par-alain-3.html

Partager cet article

Repost0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 15:35

Entre-Parenth-ses1343Le mardi 24 août dernier, Pascale Lora Schyns a été l’invitée de l’émission
« Entre Parenthèses » animée par Alain Carton sur Radio des Boutières, en Ardèche.
Au cours des presque 4 heures d’émission, l’auteure a présenté son premier roman,  « Les Survivants de Sallimoc », paru aux éditions L’Harmattan ainsi que les autres ouvrages écrits antérieurement.


De nombreux autres thèmes ont été abordés tout au long du programme entrecoupé d’intermèdes musicaux choisis par l’écrivaine. 


Si vous n’avez pas la possibilité d’écouter l’émission en direct, vous aurez celle de le faire à un autre moment. En effet, à partir du lundi 30 août à partir de 14 heures, il sera possible de réentendre le programme dans son intégralité. Pour ce faire il suffit de vous connecter sur le site www.rdbfm.com. Cliquez ensuite sur « émissions », puis « Entre Parenthèses » et enfin sur le baladeur se trouvant au bas de la page.

 


Bonne écoute !

 

 

Partager cet article

Repost0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 13:48

P7203389(1) 

 

 

 

 

 

 

 

Un article concernant Pascale Lora Schyns est paru sur
vélo-club.net.

Suivez le lien ci-dessous afin de le découvrir.

 

 

Vélo-club.net

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0